Marcel Marceau est mort, la Maison d’Enfants de Sèvres est en deuil.

xr:d:DAFoP 9NEk4:5200,j:7713964079659580979,t:24040413
Sevres 92310 > Blog > Marcel Marceau est mort, la Maison d’Enfants de Sèvres est en deuil.

La Société des Anciens de la Maison d’Enfants de Sèvres est en deuil.
Ainsi s’est exprimé Philippe Fleutot, Président de la Société des Anciens de la Maison d’Enfants de Sèvres. « Deux des plus anciens maillons de la chaîne qui relie les anciens dans le temps et dans l’espace nous ont quitté. Suzanne Fischer-Labrousse (72 ans) et Marcel Marceau (83 ans) sont morts à quelques jours d’intervalle.
Marcel était célèbre, Suzanne ne l’était pas mais leur disparition nous étreint et nous émeut avec la même force.
Ni leur âge, ni leur vie pleine de richesses partagées ne nous console de leur départ. Les obsèques de Suzanne ont lieu ce matin à Montlhéry. Celles de Marcel auront lieu dans quelques jours au Père Lachaise.
Marcel Marceau, de son vrai nom : Marcel Mangel avait pour totem « Kangourou » pendant la guerre, à la Maison d’Enfants de Sèvres.
Dans un livre d’entretiens avec Valérie Bochenek paru en 1996, Le mime Marceau, éditions Somogy, Paris, Marcel déclarait :
– Georges Loinger est un ami et un frère pour moi. Il avait remarqué mes dons pour le théâtre pendant les colonies d’été de ma tante et m’a trouvé une place de moniteur d’art dramatique dans une maison d’enfants à Sèvres […].
– Quelles étaient les particularités de la maison d’enfants de Sèvres ?
– Elle abritait une centaine d’enfants chrétiens et juifs entre cinq et quinze ans, alors qu’il s’agissait du service social du maréchal Pétain. Ce centre accueillait les enfants en difficulté socialement ou de parent divorcés. La directrice était une femme héroïque, Madame HAGUENAUER, que nous surnommions « Goeland ». Elle et son mari « Pingouin » abritaient clandestinement les enfants persécutés.
– L’histoire d’Au revoir les enfants de Louis Malle est donc un peu la vôtre ?
– Son film m’a bouleversé. Il suffisait d’une dénonciation et ces enfants n’existaient plus, Marcel Marceau non plus. »

Rate this post

Laisser un commentaire